Lutte contre la pauvreté

Il est frappant de comparer les conditions de vie actuelles au sein des communautés des Premières Nations et du reste de la population.

Force est d’admettre que le système de financement des programmes sociaux destinés aux Premières Nations ne semble plus adapté à la réalité d’aujourd’hui. Les programmes sont sous-financés et leurs objectifs sont souvent inférieurs aux normes en vigueur dans la plupart des provinces canadiennes.

Cela affecte plusieurs programmes essentiels en plus de créer une situation de pauvreté complexe et trop souvent persistante dans les communautés.

Entente avec le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale

Une entente avec le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) permet à la Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL) d’élaborer des moyens pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Ce plan d’action, propre aux Premières Nations et adapté à celles-ci, se compose de 2 approches distinctes mais interdépendantes :

  • l’approche communautaire;
  • l’approche territoriale intégrée.

Approche communautaire

La pauvreté est souvent associée à l’exclusion sociale, à la marginalisation et à l’isolement des communautés des Premières Nations. Il est primordial d’impliquer les communautés au cœur même du processus de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Cette implication dans la résolution des problèmes redonne du pouvoir et de la fierté aux gens et contribue ainsi doublement à l’amélioration de leurs conditions de vie.

Approche territoriale intégrée

Cette approche met l’accent sur le potentiel des milieux et des personnes. Des structures adaptées aux Premières Nations sont mises en place afin que chaque communauté puisse tisser des liens solides avec des partenaires extérieurs, autant privés que gouvernementaux.

En donnant ainsi le leadership aux différents membres de chaque communauté, la lutte contre la pauvreté s’inscrit dans une perspective plus globale respectant le développement social et économique des Premières Nations.

Fonds québécois d’initiatives sociales

Le Fonds québécois d’initiatives sociales – volet Premières Nations (FQIS-PN) est géré par les Premières Nations et est destiné à soutenir différentes initiatives de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Il comporte 4 grandes orientations :

  • revoir les façons de faire et rapprocher les décisions des milieux locaux et régionaux;
  • valoriser le travail et favoriser l’autonomie des personnes;
  • soutenir le revenu des personnes défavorisées;
  • améliorer les conditions de vie des personnes et des familles à faible revenu.

Développement de l’économie sociale

La CSSSPNQL élabore actuellement un projet pour favoriser le développement d’entreprises d’économie sociale au sein des communautés des Premières Nations.

Projet de recherche-action pour un développement durable et économique

La communauté d’Opitciwan, ainsi que quelques autres communautés du Canada, bénéficie d’une subvention pour mettre en œuvre un projet de recherche-action sur la lutte contre la pauvreté.

Ce projet, d’une durée de 5 ans, est le résultat d’un partenariat entre l’Assemblée des Premières Nations, l’Université Dalhousie, l’Université Laval, le Conseil des Atikamekw d’Opitciwan et le secteur du développement social de la CSSSPNQL.

Plan d’action en sécurité alimentaire

Les membres des Premières Nations ont un taux d’insécurité alimentaire de beaucoup supérieur à celui de la population canadienne en général.

Un enfant qui souffre de la faim risque d’avoir des problèmes de concentration à l’école, ce qui peut compromettre son développement social en plus de nuire à sa réussite scolaire. En bout de ligne, ce phénomène contribue à la perpétration d’une situation de pauvreté et d’exclusion sociale.

L’objectif principal de ce plan d’action est de contrer l’insécurité alimentaire et d’améliorer l’état de santé des Premières Nations. Pour ce faire, il est nécessaire d’améliorer la qualité de l’alimentation dans l’espoir d’assurer une alimentation saine et équilibrée aux personnes en situation de pauvreté.

Une alimentation saine aide à réduire

  • le stress;
  • l’anxiété;
  • les problèmes de santé liés aux carences et à la sous-alimentation.

Plusieurs initiatives sont déjà mises en place pour vaincre l’insécurité alimentaire :

  • des cuisines collectives;
  • des collectes de nourriture traditionnelle;
  • des jardins et des serres communautaires;
  • des initiatives économiques dans le contexte d’activités traditionnelles.

Il existe aussi un partenariat entre l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), le Conseil en Éducation des Premières Nations (CEPN), la CSSSPNQL et le Club des petits déjeuners du Québec, ainsi qu’un programme visant le développement de la sécurité alimentaire dans le cadre de l’Initiative sur le diabète chez les Autochtones (IDA).

Information

Pour obtenir plus d’information sur les différentes actions entreprises pour lutter contre la pauvreté au sein des Premières Nations, vous pouvez contacter M. Patrick Bacon,