Stanley Vollant témoigne à la Commission sur les relations avec les Autochtones

Par Chantal Cleary | nov. 20, 2017

Radio-Canada

Deux médecins autochtones ont témoigné vendredi devant la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics à Val-d'Or. Ils ont expliqué les difficultés de santé auxquelles font face les autochtones. Dans son témoignage, le Dr Stanley Vollant a notamment déploré que le potentiel des jeunes autochtones était sous-développé.

Avec les informations de Thomas Deshaies

II a raconté que dès son plus jeune âge, il a été confronté au racisme, notamment lors de son cheminement scolaire. Non sans difficulté, il a transformé sa colère en source de motivation. « Quand ces blancs m'ont dit que les Indiens sont des bons à rien, je me suis dit que je vais leur prouver que ce n'est pas vrai, qu'un Autochtone est capable d'être aussi bon qu'eux », a-t-il affirmé.

Il y a quelques années, alors qu'il était en dépression, Stanley Vollant a failli mettre fin à ses jours. C'est avec beaucoup d'émotions qu'il a raconté cette période difficile de sa vie. « La vie c'est le choix le plus difficile, mais c'est le meilleur choix », a-t-il souligné.

Depuis, il souhaite pouvoir être une source d'inspiration. Il a raconté les échanges qu'il a eu avec des milliers de personnes lors de son passage dans les communautés. Avec le projet Puamun Meshkenu (chemin des mille rêves), il souhaite maintenant contribuer à développer le plein potentiel des membres des communautés autochtones. « Le potentiel des jeunes autochtones est sous-développé », a-t-il souligné.

Un bilan de santé alarmant

Stanley Vollant a également abordé l'état de santé des populations autochtones au Québec. Le nombre de personnes atteintes de diabète, d'obésité et de maladies pulmonaires a drastiquement augmenté et il craint le pire.

À son avis, le système de santé au pays ne prend pas suffisamment en compte les patients dans leur globalité. « L'aspect physique, émotionnel, mental et spirituel sont tous des aspects importants », a-t-il déclaré, tout en déplorant que « la médecine moderne ne s'occupe que d'une partie ».

« Si j'ampute la jambe de quelqu'un à cause du diabète, cela a aussi des répercussions mentales », a-t-il affirmé à titre d'exemple. Le système de santé québécois « ne prend pas l'individu dans sa globalité », a-t-il ajouté.

Il croit aussi qu'il faut aussi investir davantage dans le système d’éducation puisque cela a des répercussions directes sur l'état de santé de la population.

Sécurisation culturelle

Stanley Vollant a également plaidé en faveur de mesures (sécurisation culturelle) reconnaissant les particularités culturelles des Autochtones afin qu’ils puissent profiter pleinement des services publics.

« Les gens ont peur d'aller consulter et c'est à cause de l'insécurité culturelle, a-t-il affirmé. On le voit aussi dans les écoles. Pourquoi les jeunes ont peur d'aller dans les écoles non-autochtones? Parce qu'ils ont peur d'affronter le racisme, comme moi je l'ai affronté. »

Il faut comprendre l'impact des « effets transgénérationnels » des pensionnats sur les Autochtones, a martelé Dr Vollant. Selon lui, une meilleure compréhension de cette période trouble de notre histoire permettrait aux allochtones de mieux comprendre certaines situations aujourd'hui. « On ne demande pas de pardonner [certains gestes violents ou inappropriés], mais bien de comprendre en connaissant le traumatisme qu'il traine de génération en génération. »

Un médecin de famille de Pikogan, Frédéric Turgeon a aussi témoigné en fin de journée. Il a notamment recommandé que des représentants autochtones soient plus souvent consultés sur les questions de santé.