Financement d’un centre de pédiatrie sociale en territoire autochtone : Québec dit non

Par Chantal Cleary | août 30, 2018

 

Le projet d'ouverture d'un centre de pédiatrie sociale au sein de la communauté Atikamekw de Manawan au nord de Lanaudière ne recevra aucun dollar de la part de Québec. Malgré le soutien de la Fondation du Dr Julien, le gouvernement provincial refuse d'octroyer les fonds nécessaires, considérant Manawan comme un territoire autochtone et par conséquent de compétence fédérale.

Un texte de Ismaël Houdassine

Trois ans que la communauté de Manawan travaille sur l’ouverture d’un centre de pédiatrie sociale. La réserve qui compte environ 3000 résidents (un tiers de la population à moins de 18 ans) enregistre 80 naissances chaque année. Dans le respect des valeurs et de la culture attikamek, le centre Mihawoso doit fournir à la communauté des services médicaux ainsi que des services sociaux aux enfants et aux familles. Mais l’imbroglio entre le fédéral et le provincial empêche jusqu’ici toute entente financière.

« Avec la Fondation du Dr Julien, on a fait une demande au comité paritaire du gouvernement du Québec qui est composé de plusieurs ministères, dont celui de la famille et de la santé, pour avoir accès au financement de 50 000 $ prévu dans l’entente que le gouvernement du Québec a signée avec la Fondation du Dr Julien. On a reçu un premier refus verbal en janvier 2018 », déclare en entrevue téléphonique Alexandre Deslauriers St-Jean, directeur du centre.

Pourtant, selon le directeur, le centre a répondu à tous les critères qui avaient été initialement exigés pour le financement du centre de pédiatrie sociale.

« On a eu d’autres rencontres avec les fonctionnaires du gouvernement en juillet dernier. Ils nous ont encore dit non pour le financement, arguant que le centre est situé sur le territoire d’une communauté autochtone. Là aussi, ils ont refusé de nous envoyer une lettre écrite stipulant le refus du financement.

J’imagine qu’en soumettant une lettre officielle cela équivaudrait à dire ouvertement qu’ils font de la discrimination.

Alexandre Deslauriers St-Jean, directeur du centre Mihawoso

 

Alexandre Deslauriers St-Jean, infirmier clinicien et directeur du Centre de pédiatrie sociale de Manawan.
Alexandre Deslauriers St-Jean espère que les gouvernements provincial et fédéral s'entendront rapidement pour financer la clinique de pédiatrie sociale que Manawan s'apprête à implanter. Photo : Radio-Canada/Dominic Brassard

Pour Québec, la réserve de Manawan est de compétence fédérale et n’a donc pas droit aux aides financières. Mais au-delà des différentes compétences gouvernementales, M. Deslauriers St-Jean voit plutôt des considérations politiques puisque le centre serait le premier projet de clinique de pédiatrie sociale au Québec situé en territoire autochtone.

« On a compris que ce n’est pas le montant qui leur fait peur. Au fond, 50 000 $, ce n’est pas une somme énorme. En fait, ils ne veulent pas créer de précédent. En nous octroyant un financement, ils pensent qu’ils devront financer les besoins en santé des autres territoires autochtones du Québec. »

Il reste que des précédents, il en existe déjà, ajoute le directeur. « Il y a un centre à Kuujjuarapik et le gouvernement québécois a financé à Wendake un CHSLD à hauteur de 6,8 millions de dollars. Ce que l’on essaye de faire comprendre aux fonctionnaires de Québec, c’est que la santé est de compétence provinciale. Les soins que l’on va offrir dans le cadre de la pédiatrie sociale sont des soins offerts par la province. Les enfants de la communauté sont envoyés à l’extérieur, à Joliette à deux heures et demie de route. »

Une carte montrant où se situe la réserve de Manawan par rapport aux villes de Québec, Montréal et Joliette.
Une carte montrant où se situe la réserve de Manawan. Photo : Radio-Canada

De son côté, le fédéral paye une partie des frais du centre par le biais du programme Principe de Jordan. Mais celui-ci se termine le 31 mars 2019. Après cette date, il n’existe aucune confirmation de financement. « On doit trouver des solutions au plus vite », affirme Paul-Émile Ottawa, le chef du Conseil Atikamekw de Manawan.

« Je ne comprends pas l’attitude ni la position du gouvernement du Québec. On est très déçus et cela rejoint les multiples refus du gouvernement sur d’autres projets majeurs qui ont été mis en œuvre par la communauté. Ils nous renvoient systématiquement au fédéral, alors qu’on est quand même au Québec. »

Le chef Paul-Émile Ottawa
Paul-Émile Ottawa, chef de Manawan de 1999 à 2014, a été réélu le 13 août 2018. Photo : Courtoisie

Le chef du Conseil n’hésite pas à parler de « discrimination systématique » envers les membres de sa communauté. « Il y a en effet une pratique discriminatoire. Du côté du fédéral, c’est devenu très compliqué de nos jours d’obtenir quelques dollars, surtout pour des projets qui sortent de l’ordinaire. Alors, d’un côté comme de l’autre, on se retrouve piégé entre deux juridictions. On ne sait plus à quel saint se vouer. »

M. Ottawa rappelle que sa communauté doit faire face à une démographie exponentielle. « Pendant ce temps, nos budgets n’augmentent pas. On ne sait plus comment on va pouvoir offrir les services auxquels nos citoyens sont en droit d’attendre. »

D’après M. Deslauriers St-Jean, plusieurs territoires autochtones du Québec suivent la situation de Manawan de près. « Ils nous appuient tous dans nos démarches puisqu’ils veulent aussi développer des centres de pédiatrie sociale au sein de leur communauté. On demande le même traitement que les autres centres de la province. On espère juste que le gros bon sens va cheminer au travers des échelons gouvernementaux. »

Lettre au premier ministre by Radio-Canada on Scribd

Le 15 août dernier, le directeur a d’ailleurs envoyé une lettre au bureau du premier ministre expliquant lui aussi une situation discriminatoire. « On est toujours sans nouvelles. Les Autochtones du Québec ont droit d’avoir accès aux mêmes services que tous les autres Québécois. On veut maintenant que la province prenne ses responsabilités au sérieux. »