Briser l’isolement des personnes aînées et des personnes vulnérables en contexte de pandémie

Par CSSSPNQL | juin 03, 2020
Bien qu’elles visent à protéger la santé des individus, les mesures de santé publique mises en place en raison de la pandémie de la COVID-19 contribuent à accentuer l’isolement de certaines personnes, notamment les aînés.



Pour contrer la solitude des personnes vulnérables dans les établissements de soins pour adultes ou à leur domicile, différentes initiatives ont été mises en place au sein des Premières Nations au Québec. Voici quelques suggestions pour vous aider à égayer le quotidien des aînés et des personnes vulnérables dans votre communauté, tout en respectant les consignes de santé publique. 

1. Encourager les enfants à correspondre avec les personnes aînées sous diverses formes (dessins, cartes, lettres, etc.) ou encore à communiquer avec eux au moyen de la technologie (tablette, ordinateur portable, téléphone, etc.). Si cela est possible, solliciter la collaboration des familles, des services de garde, des centres de la petite enfance, des sites du Programme d’aide préscolaire aux Premières Nations ou des écoles. Ces moyens de communication permettront aux aînés de partager leurs histoires et leurs savoirs avec les enfants. 

2. Distribuer des paniers contenant différents produits (des herbes médicinales, des mets traditionnels ou des recettes, du matériel pour l’artisanat, des photos de leur famille, des arbres généalogiques [p. ex. : deux à trois générations] ou des souvenirs) au domicile ou dans l’établissement où résident les aînés. 

3. Créer un jumelage ou un parrainage entre une personne aînée ou un adulte ayant des besoins précis et une personne de la communauté afin de veiller sur celle-ci. Ce moyen efficace, appelé l’ange gardien, permet de s’assurer que les personnes isolées n’ayant pas de famille peuvent avoir quelqu’un sur qui compter et avec qui échanger. L’ange gardien communique quotidiennement avec la personne en situation d’isolement en utilisant divers moyens technologiques, le téléphone, l’échange par lettre ou encore, celui-ci veille à égayer le cours de la journée de la personne aînée en lui faisant des attentions particulières adaptées à ses besoins. 

4. Organiser des activités créatives, comme un défilé d’automobiles, une visite aux fenêtres (tout en s’assurant de respecter la distanciation sociale) ou la distribution de pancartes portant des messages d’espoir à placer à l’extérieur du domicile ou des établissements. 

5. Organiser une chaîne téléphonique dans la communauté dans le but de soutenir les membres en confinement. 

6. Envoyer des communications de toutes sortes (magazines, journaux, lettres, montages de photos, etc.) par la poste pour occuper et divertir les aînés. 

7. Encourager l’activité physique par des programmes d’étirements disponibles en ligne ou sur des DVD. 

8. Proposer diverses activités par l’entremise de la radio communautaire ou de la page Facebook de la communauté, comme des programmations musicales spéciales ou des capsules d’information traduites dans la langue maternelle, des récits de vie, des témoignages, le bingo ou des jeux-questionnaires.