Portraits de Mylène Dugas St-Louis et Tracy Johnson

Mylène Dugas St-Louis

Étant tombée en amour avec Uashat mak Mani-Utenam (et un homme en particulier!) ainsi qu’avec les valeurs et la culture innues, Mylène Dugas St-Louis a obtenu son premier emploi en tant qu’infirmière dans la communauté en 2009. C’était alors la pandémie de grippe A (H1N1). Ayant toujours eu un grand intérêt pour travailler avec les personnes aînées, elle occupe le poste de coordonnatrice des soins à domicile depuis 2017.

Pour Mylène, les valeurs essentielles pour être infirmière sont l’empathie, le respect et la communication. À ses yeux, le savoir-être passe avant le savoir.

C’est avec beaucoup de passion qu’elle parle des intervenants en santé de la communauté, dont elle louange l’engagement et le professionnalisme. Les services offerts pour la tuberculose latente sont ce qui lui vient d’abord à l’esprit lorsqu’elle pense aux réalisations de sa communauté qui la rendent particulièrement fière. La communauté est d’ailleurs la seule au Québec à s’être dotée d’un traitement novateur pour cette infection. Elle mentionne aussi les ordonnances collectives, la vaccination dans les centres de la petite enfance ainsi que le centre d’hébergement spécialisé pour la maladie de Huntington.

Ce qu’elle souhaite pour les générations à venir? Que la profession d’infirmier soit mieux perçue par la relève. Oui, il y a du travail et ce n’est pas toujours facile, mais c’est un métier dans lequel on peut s’épanouir et être heureux.

Tracy Johnson

Célébrant cette année 30 ans de travail au Kateri Memorial Hospital Centre, Tracy Johnson, gestionnaire des soins à domicile, affirme qu’il n’y a pas de plus bel emploi au monde que celui qu’elle occupe. Cette mère de quatre ans enfants et grand-mère de six petits-enfants se lève chaque matin avec la satisfaction qu’elle pourra aider au moins une personne de sa communauté.

Devenir infirmière est la plus belle réussite de sa vie. Elle a occupé ce métier pendant dix ans. Pour elle, c’est une occasion unique de perpétuer les valeurs de la communauté – comme l’entraide et l’importance accordée aux aînés et à la famille élargie – et de garder sa culture en vie.

Parmi les réalisations qui la rendent fière, elle mentionne sa participation à l’élaboration du Référentiel de compétences des infirmières des communautés des Premières Nations du Québec ainsi que la création du programme de soins à domicile de Kahnawake. Bien qu’elle ait dévoué la majeure partie de sa vie aux membres de sa communauté, elle souhaite partager ses connaissances avec d’autres nations.

Enfin, elle profite de l’occasion pour souhaiter à tout le personnel infirmier une magnifique Semaine nationale des soins infirmiers. Elle affirme que c’est une chance de pouvoir occuper ce métier et elle en est très reconnaissante.

Partage :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Autres articles similaires :
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner aux documents